Assocation pour l'adoption de lévriers | Esperanto des lévriers
Compte rendu du 1er voyage du Nouvel Esperanto
en soutien aux refuges de TOLEDE et de PEDRO MUNOZ
Cliquez ici
Clés USB 8 Go "Espéranto des Lévriers"
Vente au profit de l'association
15 €
Cliquez ici et demandez votre clé USB Espéranto

Lettre Ouverte du Président

logo

Association Loi 1901 déclarée à la Préfecture des Landes en date du 08 janvier 2009 sous le N° W332007824

Siège Social : 40400 LESGOR – Président : 06 09 02 78 00 – Secrétaire : 06 71 92 80 38

Adresse postale : 713, rue de la Maison Blanche – 78630 ORGEVAL

esperanto@esperanto-des-levriers.fr www.esperanto-des-levriers.fr Notre association sur Facebook

EDITO DU PRESIDENT n° 4

Edito de printemps…

Notre association se développe, et plus que jamais nous avons besoin de VOUS… ! Depuis la reprise de l’Espéranto en Mars 2014, nous avons fait adopter une quarantaine de chiens. .. C’est à la fois « peu » (car nous voudrions en sauver plus !) et « beaucoup » (tous les membres, adhérents et bénévoles se sont investis pour arriver à ce résultat). Merci à toutes et tous…De nombreux sujets sont abordés dans cet édito pour les plus courageux (qui le liront jusqu’au bout !).

 

Le coup de gueule du Président !

Le mois de FEVRIER marque la fin de la saison de chasse en Espagne (mois maudit pour les galgos).

Mon coup de gueule ira donc à la cruauté des Galgueros Espagnols qui continuent et accentuent leurs exactions sur nos amis à quatre pattes au nom de traditions d’un autre temps… Je vous épargne la longue liste des tortures infligées supposées « laver l’honneur » du chasseur et témoignant de l’immensité de la bêtise humaine !

Pour mettre fin à ces actes monstrueux, il faut que l’Union européenne fasse interdire totalement la chasse avec des lévriers, sans faire d’exception. Bien sûr, une telle loi provoquera une vague importante d’abandons, mais cela ne vaut-il pas mieux que la torture ?

Le résultat : des refuges surpeuplés, des euthanasies massives, des animaux dans des états sanitaires inimaginables… et aucun écho (ou très faible) au niveau de l’Europe….

En revanche, il faut souligner que nous rencontrons de plus en plus d’Espagnols, qui sans moyens financiers et sans aide du Gouvernement, se dévouent pour aider tous ces animaux et font de plus en plus souvent et de plus en plus fort, entendre leur voix contre ces pratiques barbares.

Nous faisons au mieux en termes d’aide directe en collectes de nourriture, médicaments, couvertures, etc.. et, indirectement, par des adoptions en France afin de soulager certaines perreras et refuges qui s’impliquent dans la sauvegarde de ces merveilleux compagnons.

Dans ce combat de David contre Goliath, nous manquons cruellement de structures et familles d’accueil, partout en France, afin de nous permettre de sortir les chiens des perreras, de leur assurer une vie plus confortable et les sociabiliser.

 

Notre mascotte. .. miraculée ! MANI

L’histoire que je vais vous raconter maintenant a le mérite de bien se terminer et de mettre cette fois en avant la solidarité des Associations de Protection animale et le dévouement des bénévoles et des amoureux des animaux…

L’Esperanto des Lévriers a été chercher fin février à la frontière espagnole plusieurs chiens qui venaient des refuges de Tolède et de Pedro Munoz. Parmi eux se trouvait une petite podenca répondant au nom de « Mami », nom nullement représentatif de son âge, environ 2 ans pour 7 kg …

Ramenée sur Bordeaux, MAMI a été remise, 3 jours plus tard à sa famille d’accueil bordelaise qui avait déjà accueilli une galga… avec les consignes de sécurité habituelles et drastiques (harnais, collier, double laisse, etc. ) ..

La FA vers minuit l’a sortie, 20 minutes plus tard, tout s’étant bien passé, retour à la maison quand la portière d’une voiture garée claque !!!!.. Prise brutalement de panique, Mami tire violemment et sa FA, surprise par la force de ce petit gabarit dont elle ne se méfiait pas, lâche les deux laisses qu’elle tenait d’une seule main ! S’ensuit une course poursuite de plus de 2 heures jusqu’à la perte de vue de la chienne près de la rocade de Bordeaux face au Conservatoire …
Alertée, Isabelle rejoint immédiatement la famille d’accueil sur place et des recherches s’organisent toute la nuit… En vain !

Le lendemain, nous sommes alertés, prenons contacts avec tous les vétérinaires, services de la ville et communes limitrophes, fourrière, gendarmerie, police municipale, ICAD, SPA, etc.. et informons tous les sympathisants locaux qui, spontanément, nous aident physiquement pour chercher Mami..

L’association « Le Cercle des Podencos » nous rejoint spontanément dans une démarche active. Des centaines d’affiches sont imprimées. Françoise rejoint le weekend à Bordeaux Isabelle, Michèle, Nuria (Présidente d’Amigos de los Galgos), la famille d’accueil, traumatisée par cet accident, qui s’est investie sans compter pour les recherches, Katya, Rapha, Céline, Sophie, Isabelle …. Et tant d’autres sans compter Stéphanie qui coordonnait les recherches à distance par le biais d’un évènement créé sur FaceBook et faisait suivre les infos…..
Les affiches sont apposées dans tous les lieux publics, gares, tramway, poteaux, squares, etc…
Malgré des recherches intensives d’une dizaine de personnes sur le terrain, aucun signalement n’aboutit mais des recoupements nous orientent vers une zone plus précise où les recherches s’intensifient.

Au bout de 5 jours, l’angoisse refuse de faire place à la résignation et à la peur de ne plus revoir Mamie. Tout le monde s’accroche et, enfin, le mardi matin, puis à 13h, aussi incroyable que cela puisse paraitre, plusieurs témoignages « crédibles » certifient l’avoir vue assise au bord de la rocade près du pont F. Mitterrand, soit à environ 7 km du lieu de sa disparition.
Isabelle quitte son travail immédiatement et se rend sur place ! Sur les lieux, elle se faufile dans le parc du château longeant la rocade, un bruit, une galopade et une silhouette qui s’échappe.. C’EST MAMI qui se sauve à une centaine de mètres et s’arrête.., se retourne et aboie… Isabelle s’assoit sur un banc et attend, lui parlant doucement durant une demi-heure.. Mami se rapproche jusqu’à venir à son contact, se laisser caresser puis prendre dans les bras… Elle est sauvée et indemne… !!!

Après 5 jours d’errance avec un collier, un harnais et deux laisses, elle est là! Toute petite, affamée, fatiguée mais elle est là ! Enfin !

La morale de cette histoire est qu’il ne faut jamais perdre espoir, ces chiens même traumatisés, lâchés dans un environnement qu’ils ne connaissent pas, sont capables de déployer des ressources incroyables. Mami rebaptisée MANI est une miraculée ! Et nous en sommes tous immensément heureux.

Je tiens à remercier ici tous les bénévoles, membres d’associations, inconnus rencontrés dans les rues…. qui nous ont aidés et soutenus sans jamais émettre un reproche ou un jugement quelconque…. la recherche de MANI nous a réunis dans une même cause… rien d’autre ! Un fabuleux travail d’équipe ! Et nous avons promu MANI au grade de MASCOTTE de l’ESPERANTO car elle est la preuve vivante, et nous le rappellera, qu’en unissant nos forces, TOUT EST POSSIBLE !

Néanmoins il faut en tirer des leçons :

 

A faire et A ne pas faire !

  • Les Galgos et les Podencos sont des chiens formidables mais nous ne connaissons souvent pas leur passé. Ils sont souvent traumatisés… c’est un élément important à prendre en compte en accueil comme en adoption… ce ne sont pas des chiens « standards » et c’est peut être aussi ce qui les rend aussi attachants.
  • Il faut systématiquement, à leur arrivée d’Espagne ou lors d’un changement d’habitat, et de surcroit pour les chiens « trauma », mettre collier et harnais avec deux laisses. Il ne faut jamais tenir les deux laisses dans la même main et il faut toujours passer une des laisses autour du poignet, voir en bandoulière ou autour de la taille (il existe des ceintures spéciales à cet effet) quelle que soit la taille du chien (tout au moins au début, le temps que chacun prenne ses marques et fasse connaissance de son environnement).
  • La patience et la douceur sont les maitres mots pour apprivoiser ces compagnons. Cependant, la confiance n’est jamais définitivement acquise, un galgo même calme et obéissant, reste un galgo et peut à tout moment, sur une sollicitation extérieure ou une peur panique, s’échapper à plus de 60 km/h avec tous les risques que cela comporte pour lui-même et les autres…
  • Il ne faut pas oublier que ce sont des animaux puissants, taillés pour la vitesse… tout en muscles, ils sont capables de sauter un grillage de plus d’un mètre soixante… c’est la raison pour laquelle nous sommes très attachés, pour les accueils et les adoptions, à ce que la hauteur des clôtures soient adaptée… Certains adoptants potentiels ne comprennent pas ces précautions… mais il suffit d’observer le nombre important de galgos en fuite dans les jours qui suivent leur arrivée en France pour comprendre….et, malheureusement, certaines se terminent de façon dramatique. L’Espéranto des lévriers se refuse à faire venir en France des lévriers pour les mettre en danger ! Notre politique n’est pas de faire de nombreuses adoptions mais des adoptions de qualité !
  • En forêt, je sais que beaucoup lâchent systématiquement leurs galgos ! Pour ma part, je ne le fais pas, sauf en environnement relativement sécurisé… Sangliers, branches acérées, chutes, efforts trop violents lors de la poursuite de gibiers… peuvent empêcher votre compagnon de revenir…et compte tenu de leur vitesse, de même pour les podencos, il est très difficile de les localiser dans un sous-bois dense… et dans les plaines ils chassent à vue, apercevant un lièvre à plus d’un kilomètre.. En tout état de cause, si vous avez plusieurs galgos, en dehors de lieux dénués de danger potentiel (plages, parcs sécurisés, etc..) il faut impérativement éviter de les lâcher ensemble ; un phénomène d’émulation se met en place et ils partent en groupe derrière le plus rapide…

 

La BOUTIQUE de l’Espéranto

Nous vous annonçons enfin la mise en ligne prochaine d’une petite boutique SUR LE SITE de l’ESPERANTO, dont l’intégralité des bénéfices sera réinvestie au profit des Galgos et podencos martyrs.
Si certains d’entre vous sont des « créateurs », ont des « doigts de fée », des idées …… nous mettrons avec plaisir vos créations en vente…

Rejoignez-nous…

A notre Lara…

Cordialement,

 

Daniel DIU

Président de l’Espéranto des Lévriers