ESPERANTO DES LEVRIERS | La Leishmaniose

La leishmaniose est une maladie grave souvent fatale. Elle peut néanmoins être traitée, il existe aussi des moyens de prévention contre cette maladie. La leishmaniose se transmet par la piqûre d’un insecte de type moucheron appelé phlébotome. Le parasite agent de la maladie est un protozoaire microscopique appelé Leishamanie. 
Cette maladie est une zoonose c’est-à-dire quelle est transmissible à l’homme, par l’intermédiaire du phlébotome.

 Explication de la transmission de la maladie :

Le moucheron (phlébotome) se nourrit du sang des vertébrés comme les chiens, les chats, les renards, les souris, l’homme, les bovins, les chevaux … Si celui-ci est infecté par le protozoaire Leishamanie il va transmettre la maladie aux hommes ou aux animaux en les piquants. Le cycle de la maladie continue si un autre phlébotome saint devient porteur en piquant un animal ou un homme atteint de la leishmaniose. Un animal atteint de la leishmaniose peut vivre avec d’autres animaux, adultes, enfants, non porteurs de la leishmaniose ; celui-ci ne leurs transmettra pas la maladie.

leischmaniose2
leischmaniose

Où trouve-t-on la leishmaniose ?

La leishmaniose sévit principalement sur le pourtour méditerranéen, l’Espagne, la Corse, l’Italie… Le phlébotome se trouve en grande concentration dans les endroits humides tels les étangs, les bois, les parcs et jardins, les zones rurales, à une température comprise entre1 5° et 20°C, d’Avril-Mai à Septembre/ Octobre.

Quels sont les signes de la maladie ?

C’est l’association de plusieurs facteurs qui doivent faire penser à la maladie. Il existe deux types d’atteinte de la leishmaniose (cutanée ou viscérale).
Le premier signe est la chute de poils, particulièrement autour des yeux et sur le museau. Ensuite le chien perd du poids malgré un appétit normal.

Des escarres sur la tête et les membres, de grosses pellicules, des ulcères des coussinets apparaissent.

Dans les derniers stades de la maladie les griffes poussent de façon anormale et accélérée. Des saignements de nez apparaissent. L’animal devient de plus en plus faible. Il présente des douleurs musculaires, une hypertrophie des ganglions, une fonte musculaire. La maladie évolue toujours vers la mort ; cependant, avec l’utilisation de certains traitements et sous réserve du degré de leishmaniose, certains chiens peuvent vivre tout à fait normalement encore plusieurs années.

leischmaniose3

Traitement et prévention

Il existe des traitements permettant de ralentir la maladie et de la détruire (attention sous réserve du degré de leishmaniose de l’animal atteint).. Les traitements recommandés en traitement de choc sont : soit  le Glucantime, soit le Marbocyl ou soit le Milteforan (ce dernier ne bénéficiant pas de l’Autorisation de Mise sur le Marché (AMM), mais étant utilisé couramment en Espagne). L’Allopurinol, quant à lui, est à utiliser en traitement de fond, en général tout au long de la vie de l’animal.

En prévention contre cette maladie, toujours traiter l’animal avant les départs en vacances avec des pipettes d’Advantix qui protègent des moustiques ou des colliers Scalibor (attention le collier Scalibor ne protège l’animal qu’au bout d’une semaine d’utilisation).
 Deux vaccins existent mais sont toujours classés au titre expérimental en attente de validation.

Il y a du nouveau pour la leishmaniose

Les laboratoires Virbac développe un vaccin contre la leishmaniose canine.

 Virbac annonce qu’un dossier d’autorisation de mise sur le marché (AMM) pour un premier vaccin contre la leishmaniose canine sera déposé en Europe dans les premiers mois de 2010.

 Le spécialiste de la santé animale explique que cette maladie parasitaire due à Leishmania infantum touche en Europe essentiellement les chiens des pays du pourtour méditerranéen et progresse vers le nord.

Transmise par la piqûre d’un insecte, le phlébotome, la leishmaniose atteint un grand nombre de chiens dans ces pays : selon les publications scientifiques, 24 millions sont exposés au risque de transmission dont 10% seraient infectés.

 Virbac a acquis en 2003 la société BVT qui conduisait un projet de vaccin en collaboration avec l’Institut de Recherche pour le Développement.

Depuis, Virbac a mené tous les travaux de développement du produit, qui viennent de s’achever et démontrent selon lui de manière statistiquement significative la protection conférée par le vaccin.

 En cas d’approbation par les autorités des pays concernés, et en fonction du temps d’instruction, la mise sur le marché pourrait intervenir en 2011 ou 2012.

Le vaccin arrive !

Suite au dépôt début 2010 du dossier d’enregistrement auprès de l’agence européenne du médicament (EMA), le CVMP, Comité des médicaments vétérinaires de l’EMA, a émis le 13 janvier 2011 un avis favorable pour CaniLeish®, le premier vaccin contre la leishmaniose canine en Europe. Le 14 mars, la Commission Européenne a confirmé cet avis en attribuant une AMM européenne à Virbac pour ce vaccin.

CaniLeish® sera lancé dans un premier temps au Portugal à la fin du premier semestre 2011. Viendront ensuite rapidement les autres pays de la zone endémique : Espagne, France, Grèce et Italie (ordre non-chronologique). Ce déploiement tient compte de la prévalence géographique de la maladie et du délai nécessaire pour la montée en puissance de la production du vaccin. Le lancement dans les pays d’Europe du Nord ayant un flux d’estivants vers la zone endémique suivra dans un second temps.

 

* Le vaccin CaniLeish® a été mis au point par BVT (Bio Véto Test), en coopération avec l’IRD (Institut de Recherche pour le Développement), et les équipes de R&D du groupe Virbac, dont BVT est filiale à 100%. Ce projet repose sur une invention brevetée de l’IRD relative à la culture des leishmanies, dont l’IRD a concédé une licence exclusive à BVT pour le marché vétérinaire.

.